PAINTINGS 2002-2006
Au pays des sources
Chercher
La sorcière
La pierre
La boue

678 Au pays des sources 50X60 Clichy Sous Bois 4 11 2002 (oil on linen)

La neige était si belle que la toucher aurait été aussi grave que de fouiller dans la mémoire d’un cadavre. L’eau, on 911 Visage d'homme 55X46 Les Pavillons sous Bois 14 4 2008911 Visage d'homme 55X46 Les Pavillons sous Bois 14 4 2008911 Visage d'homme 55X46 Les Pavillons sous Bois 14 4 2008911 Visage d'homme 55X46 Les Pavillons sous Bois 14 4 2008ne l’entendait plus ruisseler. Il n’y avait plus de vent ce jour là, la femme regardait au loin pour sentir la fraîcheur de ces instants que rien ne troublait. Durachta, 2013



752 Chercher 72X78 Clichy Sous Bois 6 7 2004 (oil on linen)

Sans cesse revenir sur les mêmes traces à travers les mêmes lieux n’avait été qu’un piétinement mais à force de fixer l’horizon, se découvrait un avenir qui était celui que tout être humain essaie de croire. Mais l’impossible soudain s’était dressé et l’immobilité avait  vaincu tous les corps présents. Durachta, 2013




769 La sorcière 81X65 Clichy sous Bois 23 11 2004 (oil on linen)

Dés qu’elle arrivait, elle faisait peur. On ne pouvait pas la repousser. Evoquer sa force et sa puissance ne voulait rien dire. Il fallait seulement accepter sa présence comme tout ce que la vie nous impose et se tenir comme des enfants mal aimés qui n’osent pas se rebeller par politesse. Durachta, 2013



784 La pierre 81X66 Clichy sous Bois 21 3 2005 (oil on linen)

On pourrait croire qu’il n’y a qu’elle au monde. Qu’on ne peut pas la déplacer ni la remplacer.
Elle peut aussi donner des illusions. Que ce que l’on peut construire grâce à elle, peut être un chef d’œuvre. Elle dure et irremplaçable. Elle est capable de vous arracher les yeux à force de la fixer. La pierre. Durachta, 2013



864 La boue 42X47 Clichy sous Bois 20 11 2006 (oil on linen)

Elle venait des hauteurs quand l’orage frappait . Elle descendait  comme pour vous inviter à la suivre. Et marcher avec elle, c’était s’enfoncer. Déraper et ne pas arriver, là où on aurait pu trouver de quoi vivre, pour vivre avec les autres qui vous regardent de haut parce qu’ils n’ont jamais pu dominer leur bassesse. Durachta, 2013